07 avril 2011

Conseils aux parents #2

Le contrat

Plus les contrats sont clairs et précis, plus les chances de construire une relation de confiance avec l'ass. mat. que vous avez choisi(e) sont grandes.
Demandez-lui son avis en fonction de son expérience et demandez aussi celui des autres professionnelles, comme les puéricultrices ou les animatrices des REPAM.
Les contrats doivent mentionner les conditions de l'accueil de l'enfant, celles de l'embauche de l'ass. mat, sa rémunération, ses horaires de travail, ses congés.

Les horaires de travail

Ils doivent prendre en compte les horaires réels de travail de l'assistante maternelle auprès de l'enfant et de ses parents, et non les seuls horaires d'absence des parents.
En effet, tant que les enfants ne sont pas repartis chez eux, l'ass-mat travaille et continue à remplir son rôle d'accueillant(e). Même en votre présence, c'est à l'ass. mat. de gérer les règles auxquelles elle soumet l'enfant chez elle.
Respectez scrupuleusement son domaine d'intervention.
Rien n'est plus préjudiciable à l'enfant, quel que soit son âge !, que des empiétements ou, pire, des conflits, même mineurs, se déroulent en sa présence.
L'ass. mat. doit aussi vous informer, vous parents, du vécu de votre enfant pendant votre temps d'absence, vous parler de ce qu'il a fait, de son comportement, de son appétit, de ses moments de chagrin et de bonheur, comme des questions qu'elle se pose par rapport à votre enfant.
Il peut-être utile de mettre en place un cahier de liaison où seront reportés tous ces moments.
Elle doit encore permettre à votre enfant de vous retrouver tranquillement, mais aussi de se séparer d'elle, sereinement, sans drame ni tensions.
Cela exige de réelles compétences professionnelles et cela demande du temps.
Ce temps est fondamental pour chacun, mais particulièrement pour l'enfant.
Les "échanges" d'enfants en bas des immeubles ou sur les parkings, au prétexte que "cela va plus vite" sont toujours très dommageables pour tous : l'enfant passe alors de la séparation aux retrouvailles (avec toutes les émotions qui les accompagnent) sans que soit pris en compte, dit, ce qu'il ressent, comme s'il était "un paquet" ou "une chose".
Le respect de lui-même et de l'autre, ainsi que son sentiment d'identité en sont fragilisés.
Quant aux parents, ils récupèrent alors un "étranger", qui a vécu sans eux un long temps de sa journée.
Il sera alors plus difficile aux uns et aux autres de se réajuster mutuellement le soir, une fois chez eux.
Des moments ainsi "bâclés" risquent de dégrader à plus ou moins long terme les relations de l'enfant tant avec ses parents qu'avec l'ass.mat.
Reconnaître que ce temps -estimé en moyenne à un quart d'heure ou une demi-heure, selon les jours- est partie intégrante du temps de travail de l'ass.mat. et doit être rétribué comme tel, c'est prendre en compte la réalité de son métier et des compétences professionnelles nécessaires à la qualité de l'accueil de votre enfant.

Le respect des horaires

Il est important, pour tous, que le temps d'accueil de l'enfant ne dépasse pas, dans la mesure du possible, dix heures par jour. Il s'agit, pour votre enfant, de son sentiment de sécurité profond de la nécessitéé psychique où il est de se sentir toujours habité par votre présence en lui.
Passé ce temps, cela lui devient difficile et il peut "se sentir abandonné".
L'ass.mat. devra alors redoubler de vigilance pour l'aider à tenir en l'absence de ses parents.

Le strict respect des horaires, discutés et décidés par les parents et l'ass.mat. au moment de l'établissement du contrat, est fondamental pour la qualité de l'accueil de l'enfant et celle des relations entre adultes autour de lui.
Toutefois, l'expérience montre que les parents sont souvent peu rigoureux à ce sujet.
Ils pensent que l'enfant peut plus facilement les attendre à un domicile privé que dans une crèche collective, car il y bénéficie de la chaleur d'une vie de famille qu'il connaît bien.
Ils sont également tentés de faire leurs courses du soir avant de récupérer leur enfant, moins encore pour des raisons de commodité qu'avec le sentiment qu'ils seront alors plus disponibles pour lui.
Or les retards de ses parents sont pour l'enfant autant porteurs d'angoisse chez l'ass.mat. que dans une collectivité.

Quand aux ass.mat., les retards imprévus leur sont toujours difficilement supportables.
Elles sont tentées de penser que "les parents se soucient peu de leur enfant et s'en déchargent sur l'ass. mat." et qu'ils n'ont aucune considération pour sa propre vie privée.
Les relations entre adultes risquent d'en être sérieusement affectées.

Tout retard occasionnel doit être autant que possible annoncé, afin que l'ass.mat. puisse s'y préparer et y préparer l'enfant.
Il y va du respect de l'enfant et de celui de son accueillante.
Rien de plus facile à donner, actuellement, qu'un coup de téléphone -étant entendu que ces écarts doivent être limités.

L'aspect de votre enfant

Une ass.mat. qui a la fierté de son travail apprécie que l'apparence des enfants soit agréable.
La toilette du matin par les parents est fondamentale pour le bien-être de l'enfant et le respect de son ass.mat.
Le plaisir de l'accueil en découle.
Il en va de même pour les vêtements de rechange, souvent nécessaires lorsque les enfants sortent.
L'enfant peut être habillé simplement mais proprement, chaque jour.
Un enfant peu soigné "ne lui fait pas honneur", d'autant que l'ass. mat. se sent alors soupçonné(e) de ne pas faire son travail correctement.
Ces questions, trop souvent considérées comme "des détails", ont une réelle importance dans les relations quotidiennes.

Posté par assmat29 à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Conseils aux parents #2

Nouveau commentaire